Obama: Les mêmes gens à qui on doit l’Irak s’opposent maintenant à l’accord sur l’Iran

Original article: Jew baiter” Obama: The same people who brought you Iraq are opposing the Iran deal

Article d’origine publié le 7 août 2015

Parfois, les commentaires juifs à propos de l’antisémitisme sont si aberrants qu’ils me surprennent moi-même. Un article du site Tablet décrit la rencontre entre Obama et un rassemblement de représentants de la communauté juive à propos de l’accord sur l’Iran (“Obama aux leaders juifs: Fichez la paix à l’Accord d’Iran, et je vous ficherai la paix“).

Les mots ont des conséquences, et quand ils expriment une position officielle, ils peuvent être encore plus dangereux, a-t-on expliqué au président. La communauté a fait beaucoup d’efforts pour éviter que le désaccord prenne un ton personnel, et elle ne s’est pas focalisé sur lui. Le président s’est plaint du lobbying, en affirmant que certaines des mêmes personnes à qui on doit l’Irak s’opposent maintenant à l’accord sur l’Iran. On lui a répondu que cette façon de caractériser les lobbyistes juifs était inexacte. Ils n’avaient pas été favorables à la guerre d’Irak.

Un autre participant qui préférait lui aussi rester anonyme m’a rapporté que certaines personnes avaient exprimé leur malaise concernant “la façon dont on pose le débat —comme si, ‘dès qu’on critiquait l’accord, on était automatiquement pour la guerre’. Il s’ensuit que, si la communauté juive semble être à l’origine du rejet de l’accord par le Congrès, on aura l’impression que la communauté juive nous conduit à une nouvelle guerre au Moyen-Orient”.

Un participant au débat sur l’Iran, haut responsable d’une organisation juive basée à Washington DC, m’a confié: “Devant leur inquiétude, le Président avait dit aux Juifs américains qu’il mettrait fin au flux permanent d’insinuations antisémites en provenance de la Maison Blanche. Et voilà qu’il fait un discours où il insinue que les Juifs mènent les jeunes Américains à la guerre”.

C’est regrettable que le président des États-Unis semble vraiment croire que c’est Israël et la communauté juive américaine qui ont envoyé les Américains faire la guerre en Irak.

Et pourtant, dire que ce sont les mêmes gens qui ont poussé à la guerre d’Irak, et qui font maintenant du lobbying contre l’accord sur l’Iran, c’est dire la simple et évidente vérité. Et Obama n’a sûrement pas eu l’audace de réellement dire que ce sont les Juifs qui ont poussé à la guerre d’Irak. La déclaration d’Obama s’apparente au commentaire d’une personne qui affirmerait que les gens qui contrôlent Hollywood et la télévision sont les mêmes qui tiennent également le New York Times et une bonne partie du reste des mass media: le risque qui inquiète certains est que les gens sachent compléter les pointillés et les mentions manquantes en pensant non pas aux gauchistes blancs [White liberals], mais plutôt aux Juifs dont les attitudes sociales dérivent de leur identité juive et sont typiques du courant juif majoritaire, sans recouper du tout l’opinion de la plupart des Blancs.

Malheureusement pour l’AIPAC & Cie, l’idée que les Juifs ont été un élément indispensable [a necessary condition] au déclenchement de la guerre d’Irak est assez répandue, si bien que les gens seront nombreux à relier les pointillés d’une manière qui ne plaît pas aux Juifs. Et en fait, les efforts d’Israël (dont Netanyahou était le porte-parole), ainsi que des néoconservateurs juifs placés à des postes élevés de l’administration Bush, et de l’AIPAC elle-même (voir, par exemple, les commentaires du député Barney Frank, et ceux de Matt Yglesias concernant “l’AIPAC et l’Irak“), ont été essentiels pour promouvoir avec succès la guerre d’Irak (même si des enquêtes ont rapporté que la plupart des Juifs américains étaient contre la guerre).

Renier toute implication juive dans la guerre d’Irak est une habitude bien rodée. Quand les USA ont envahi l’Irak en 2003,

les principales organisations juives d’activistes ont aussitôt condamné ceux qui avaient remarqué l’implication des militants juifs néoconservateurs dans l’administration Bush, ou qui avaient décelé l’influence de la communauté juive parmi ceux qui poussaient à la guerre en Irak et dans d’autres pays arabes. Par exemple, Abraham Foxman, de l’ADL, avait désigné Pat Buchanan, Joe Sobran, le député James Moran, Chris Matthews de MSNBC, James O. Goldsborough (chroniqueur au San Diego Union-Tribune), le chroniqueur Robert Novak, et l’écrivain Ian Buruma, comme autant de gens souscrivant “au canard que l’entrée en guerre de l’Amérique n’a pas grand-chose à voir avec le désir de désarmer Saddam, mais tout à voir avec les Juifs, le “lobby juif”, et les Juifs bellicistes membres de l’administration Bush, qui à en croire cette coterie, sont prêts à soutenir toute guerre qui profite à Israël.” [NdT: Foxman utilise fréquemment le mot français “canard”, synonyme de bobard].

De même, lorsque le sénateur Ernest F. Hollings (Démocrate – Caroline du Sud) a fait un discours au Sénat des États-Unis, et a expliqué dans une tribune libre que la guerre en Irak était due à “la politique mise en oeuvre par le Président Bush pour assurer la sécurité d’Israël”, et que cette guerre était promue par une poignée d’intellectuels et hauts fonctionnaires juifs, Abe Foxman a réagi en déclarant: “quand le débat vire aux stéréotypes anti-juifs, cela revient à désigner des boucs émissaires et à appeler à la haine ethnique …. Cela rappelle les vieux canards antisémites à propos d’un complot juif qui viserait à contrôler et manipuler le gouvernement”. (Le néoconservatisme en tant que mouvement juif, pages 15-16)

On a l’impression que les Juifs mécontents de la déclaration d’Obama font tout leur possible pour faire penser que l’Irak et l’Iran sont complètement différents, que les Juifs n’ont rien eu à voir avec la guerre d’Irak, et que l’opposition d’Israël et de plus ou moins toute la communauté juive activiste à l’accord sur l’Iran ne trahit aucune volonté de guerre.

Seul le dernier de ces points pourrait être l’objet d’avis divergents entre gens raisonnables. Il n’empêche qu’Israël et sa cinquième colonne ont clairement insisté sur des conditions que l’Iran ne voulait et ne pouvait pas accepter. Cela rendait un accord négocié impossible (voir ici). En l’absence d’un tel accord, la guerre est réellement la seule option. Le Lobby ne veut rien de moins qu’une guerre américaine contre l’Iran, qui serait obtenue en exigeant un accord inacceptable pour l’Iran, et en dénonçant ensuite l’entêtement de l’Iran à construire des armes dont l’existence menace le monde entier. En réalité, cette guerre servirait avant tout à punir l’Iran et à diminuer son pouvoir d’opposition aux intérêts israéliens dans la région. C’est sans grand rapport avec l’armement nucléaire iranien.

Le sénateur Chuck Schumer, qui se présente comme le “gardien d’Israël”, a fait la même observation: le problème n’est pas vraiment la question nucléaire, mais plutôt l’influence de l’Iran en tant que puissance régionale. David Bromwich, sur le site Huffington Post :

[Schumer] admet que la partie principale de l’accord nucléaire s’oppose très efficacement au développement d’armes nucléaires. “Pour ce qui concerne les aspects nucléaires de l’accord sur la décennie à venir, il est possible que cela améliore légèrement les choses. Par contre, pour ce qui concerne les aspects nucléaire au delà de dix ans, ainsi que les aspects non-nucléaires, on serait mieux sans cet accord”. Et là, tout en affectant d’avoir des scrupules, il vend la mèche. Les “aspects nucléaires” sont la substance de l’accord. C’est pourquoi on parle d’un accord nucléaire. Mais non, ce qui heurte Netanyahu et Schumer est la perspective que l’Iran rejoigne bientôt la communauté mondiale en tant que partenaire commercial et pouvoir régional non-nucléaire disposant d’une certaine ressource. Cette résurgence ne peut qu’aller contre la volonté d’Israël de conserver sa position dominante pour encore un demi-siècle. C’est cela qui est en cause, et non pas un problème qui s’apparenterait à une “menace existentielle”.

De même, la ruse sur les armes de destruction massive, qui a servi d’argument rationnel pour justifier la guerre d’Irak, a été promue par des agents néoconservateurs juifs présents dans les organisations du renseignement américain, ainsi que par les journalistes et analystes néo-conservateurs qui disposent d’un accès aux médias d’élite, et par l’AIPAC qui exerçait son influence sur le Congrès et la Maison Blanche — tandis que l’ADL s’apprêtait à bondir sur quiconque remarquait que l’identité juive et les engagements juifs des divers acteurs avaient une quelconque incidence. La ruse des armes de destruction massive cachait le désir de diviser et affaiblir l’Irak et de rendre la région instable, ce qui constitue depuis longtemps un objectif de la politique étrangère israélienne pour toute la région. La stratégie de guerre en Irak est parvenue à servir les intérêts israéliens de façon spectaculaire, tout en créant un désastre pour les États-Unis.

Dupe-moi une fois, honte à toi. Dupe-moi deux fois, honte à moi.

Le site Tablet en conclut tout naturellement qu’Obama attise les flammes d’un antisémitisme complètement irrationnel:

La tactique politique d’Obama [nous ramène à] la stratégie du Sud utilisée par Nixon, qui jouait sur les phobies racistes des Blancs du Sud. Si la politique antisémite de l’administration Obama vise à faire taire ceux qui risqueraient de critiquer le JCPOA [NdT: nom officiel de l’accord sur l’Iran], cela risque en même temps d’attiser une haine profondément nauséabonde qui n’est pas moins dangereuse que le racisme pour la société américaine.

Obama, l’antisémite. Même s’il est inutile de le répéter ici, l’article du site Tablet est une indication de plus que les Juifs sont tout simplement incapables de reconnaître que les intérêts légitimes des Juifs et des non-Juifs peuvent différer, ou qu’il est possible de faire une critique rationnelle du pouvoir juif et des comportements qu’autorise le pouvoir juif.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Comments are closed.